The structure of commuting from French middle-sized cities: considerations on its sustainability - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue RTS - Recherche Transports Sécurité Année : 2015

The structure of commuting from French middle-sized cities: considerations on its sustainability

La structure des mobilités domicile-travail au départ des villes moyennes : réflexions sur leur durabilité

(1)
1
Benoit Conti

Résumé

Numerous studies have focused on the sustainability of commuting in different localisations in urban areas, particularly in terms of GHG emissions. They mainly take into account journeys within cities and rarely consider individuals leaving them to work in another urban or rural area. The particularity of this article is to focus on medium-sized cities (French urban areas with populations between 100,000 and 500,000 inhabitants) which have been less studied by researches on commuting and on the commute of workers leaving their urban area of residence. The aim of this study is to provide detailed results of their mobilities in terms of social categories, distance travelled, modal choice, locations of workers and jobs (city center, urban center, suburbs or rural area) and directions flow (to cities, medium cities, small cities or sprawl area) in order to provide input on the sustainability of this type of commuting and on potential for modal shift. Our first results show that commuting out of one’s home urban area is not limited to higher professional classes. They confirm that workers use their car for commuting on long distances and that some travel, depending on the place of employment and housing, are more easily transferable to sustainable mode of transportation than others.
Les travaux questionnant la durabilité des déplacements pendulaires dans les différents espaces des aires urbaines, notamment en termes d’émission de polluants et de consommation énergétique, sont désormais nombreux. Ces études prennent principalement en compte les déplacements des actifs à l’intérieur des agglomérations et considèrent plus rarement la mobilité des personnes qui ont leur emploi dans une autre aire urbaine ou dans l’espace rural. La particularité de cet article est de se focaliser sur les déplacements des actifs quittant leur aire urbaine de résidence, et ce, à l’échelle des villes moyennes (aires urbaines de 100 000 à 500 000 habitants), moins étudiées que les grandes villes. Notre but est d’apporter une connaissance précise de ces mobilités en matière de catégories socioprofessionnelles, de distances parcourues, de modes de transport utilisés, de localisations des actifs et des emplois (ville centre, pôle urbain, espace périurbain ou rural) et de directions des flux (métropoles, ville moyennes, petites villes ou diffus), afin de nourrir une réflexion sur la durabilité environnementale de ces déplacements et les potentiels de report modal. Les résultats montrent que ces déplacements ne sont pas limités aux catégories professionnelles supérieures. Ils rendent également compte d’une forte utilisation de la voiture sur de grandes distances et de l’existence de potentiels de mobilités alternatives (autres que l’autosolisme) différenciés qui dépendent du tissu urbain du lieu d’emploi et du lieu d’habitat.
Fichier principal
Vignette du fichier
S0761898015001041a.pdf (883.12 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Accord explicite pour ce dépôt
Loading...

Dates et versions

hal-01385412 , version 1 (14-03-2018)

Identifiants

Citer

Benoit Conti. La structure des mobilités domicile-travail au départ des villes moyennes : réflexions sur leur durabilité. RTS - Recherche Transports Sécurité, 2015, Usages de la vitesse, 2015 (01), pp.35-45. ⟨10.4074/S0761898015001041⟩. ⟨hal-01385412⟩
376 Consultations
1037 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More