Contamination des boues résiduaires urbaines parisiennes par des micropolluants prioritaires et émergents - Évolution au cours des filières de traitement

Abstract : Plusieurs études dans la littérature scientifique ont mis en évidence l’élimination des micropolluants, notamment les composés hydrophobes (log KOW > 4), via la sorption sur les matières en suspension et les boues au cours des traitements primaires et biologiques des eaux usées (Choubert et al. 2011 ; Mailler et al. 2014a). Ce phénomène conduit à la présence de divers polluants dans les boues résiduaires urbaines, comme les métaux, les alkylbenzènes sulfonates linéaires (LAS), les phtalates (PAE), les polychlorobiphenyls (PCB) ou les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). La plupart de ces composés est suspectée ou a été identifiée comme ayant un impact nocif sur l’environnement de par leur toxicité ou leur persistance alors que les boues issues des filières de traitement sont principalement réutilisées en agriculture en Europe (environ 60% des boues produites en matières sèches). Dans ce contexte, le Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains (LEESU) et le service public de l’assainissement francilien (SIAAP) ont lancé une étude sur les micropolluants dans les filières de traitement des boues parisiennes afin de 1) caractériser la contamination des différents types de boues résiduaires urbaines par un large panel de micropolluants prioritaires et émergents, et 2) déterminer l’efficacité des différents procédés de traitement des boues pour les éliminer. Cette étude a été réalisée en collaboration avec le Laboratoire de Biotechnologie de l’Environnement (LBE), l’Institut des Sciences Analytiques (ISA) et le Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP). Cette communication a pour but de présenter les résultats de l’étude sur la contamination des boues et sur l’évolution de cette contamination au cours du traitement des boues. L’étude a été réalisée grâce à l’échantillonnage en différents points des filières de traitement des boues de 3 stations d’épuration gérées par le SIAAP. Ainsi, 70 micropolluants ont été suivis au cours de 7 campagnes (entre 2013 et 2014) dans les boues brutes, centrifugées, digérées, séchées et dans les cakes de boues. Ces polluants incluent des alkylphénols (AP), LAS, PAE, HAP, PCB, acides perfluorés (PFA), résidus pharmaceutiques et hormones (RPH). Ces campagnes viennent compléter les résultats acquis précédemment sur les mêmes filières de traitement mais sur un panel de composés différent (Mailler et al. 2014b). Par ailleurs, ces composés ont également été recherchés dans les centrats et condensats provenant de la centrifugation et du séchage thermique.
Type de document :
Communication dans un congrès
Journées informations Eaux - JIE 2016, Oct 2016, Poitiers, France
Liste complète des métadonnées

https://hal-enpc.archives-ouvertes.fr/hal-01373774
Contributeur : Johnny Gasperi <>
Soumis le : jeudi 29 septembre 2016 - 11:25:07
Dernière modification le : jeudi 8 février 2018 - 11:10:19

Identifiants

  • HAL Id : hal-01373774, version 1

Citation

Johnny Gasperi, Romain Mailler, Dominique Patureau, Emmanuelle Vulliet, Steven Deshayes, et al.. Contamination des boues résiduaires urbaines parisiennes par des micropolluants prioritaires et émergents - Évolution au cours des filières de traitement. Journées informations Eaux - JIE 2016, Oct 2016, Poitiers, France. 〈hal-01373774〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

840