L’invention des «véhicules intermédiaires» dans le champ du transport public urbain : questions posées à la conduite et à la sécurité. Première et seconde parties.

Résumé : Ce rapport se présente en deux parties. La première est en forme de synthèse. La seconde est faite de sept parties détaillées, correspondant aux champs d’analyse que nous avons parallèlement explorés et qui alimentent la synthèse préliminaire. À l’origine de cette recherche sur les nouveaux systèmes de transport public « hybrides » entre le bus et le tramway, il y avait une interrogation sur l’étrangeté de ce processus d’innovation qui se proposait de transformer assez radicalement le travail des conducteurs de bus sans que, à aucun moment, les concepteurs ne se soient véritablement interrogés sur le travail de conduite et, a fortiori, sur ses transformations et leurs implications en matière de conception des équipements. Cette ignorance du travail s’est traduite par une conception « désastreuse » du poste de conduite du premier véhicule introduit sur le marché : le TVR de Bombardier. Celui-ci est conçu autour d’un volant qui, quand le bus-tram était guidé par son rail, tournait tout seul et que le conducteur ne devait toucher sous aucun prétexte au risque de le faire dérailler. Nous avons alors essayé de comprendre comment fonctionnait cet «univers » de la conception — industriels, autorités organisatrices, experts et services administratifs — qui ne voyait pas ce qui « sautait » aux yeux des conducteurs. Nous voulions savoir si cette innovation était un élément isolé, une sorte d’accident de parcours, ou si, au contraire, elle était représentative d’un état du milieu du transport urbain à se constituer comme groupe en rupture avec le réel de l’action qu’il avait prétention à former, situation qui, structurellement, favoriserait la survenue de tels accidents et, par conséquent, mettrait en cause la sécurité. La seconde partie fait la genèse de ces ces systèmes de transport collectif dits "intermédiaires" puis se focalise sur un certains nombre d'aspects qui semblent symptomatiques de la dérive du milieu du transport urbain par rapport au réel de l'exploitation. Trois points spécifiques sont d'abord abordés : 1) Une analyse de l'oxymore constitué dans l'expression du "routier guidé" 2) Les répercussions de ce mode de transport sur la prise en compte du partage de la voirie avec les piétons 3) Le système de veille appelé vacma. Puis, deux autres points sont analysés 1) Un véhicule, le Phileas, semble concentrer un ensemble de contradictions qui annoncent son échec 2) La question des tracés qui s'avèrent coûteux pour l'exploitation et la sécurité. Enfin, pour clôturer cette recherche, une reconstitution de l'évolution de la règlementation qui encadre cette innovation est réalisée.
Type de document :
Rapport
[Research Report] LATTS - ENPC; INRETS; Université de Cergy Pontoise (UCP). 2006, pp.49 et 82
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [7 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-enpc.archives-ouvertes.fr/hal-01354990
Contributeur : Robin Foot <>
Soumis le : lundi 22 août 2016 - 23:45:08
Dernière modification le : jeudi 12 avril 2018 - 01:53:51
Document(s) archivé(s) le : mercredi 23 novembre 2016 - 12:12:00

Fichiers

2006-06_LATTS_PREDIT_GO3_Véh...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01354990, version 1

Collections

Citation

Ghislaine Doniol-Shaw, Robin Foot, Jean-Pierre Galland, Jean Louis Maupu, Pierre Zembri. L’invention des «véhicules intermédiaires» dans le champ du transport public urbain : questions posées à la conduite et à la sécurité. Première et seconde parties.. [Research Report] LATTS - ENPC; INRETS; Université de Cergy Pontoise (UCP). 2006, pp.49 et 82. 〈hal-01354990〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

175

Téléchargements de fichiers

111