Cop 21 : l’utilité d’un accord-climat, même sans prix du carbone contraignant

Résumé : À l'approche de la COP21, la polémique a fait rage entre les économistes purs et durs qui proposent des engagements contraignants pour un prix unique du carbone et des économistes sensibles aux réalités géopolitiques pour lesquels l'échec du protocole de Kyoto montre qu'un tel accord n'est pas viable. Si l'accord de Paris ne repose pas sur des engagements contraignants, cela ne signifie pas que ce sera un échec. L'important est d'avoir un traité qui ait un impact, en recherchant des solutions pragmatiques qui permettent l'adhésion du plus grand nombre de pays. Il serait bon que l'accord en cours de négociation inclut aussi une valeur de référence du carbone pour l'harmonisation des politiques annexes, pour les choix des entreprises, des administrations publiques et pour la mise en place de financements innovants. analyse de position, assorties d'une critique du travail des diplomates français, compliquent les relations entre le ministère des Affaires étrangères en charge directe de la négociation (le ministre est président de la COP21) et le ministère de l'Écologie et du développement durable dont la ministre en charge de défendre la position de la France cherche à se faire une place dans le processus, n'hésitant pas à critiquer la négo-ciation onusienne et le contenu de l'accord en projet. Pourtant, le futur accord de Paris basé sur les engagements volontaires et la recherche d'une adhésion des pays en développement par l'élargissement des canaux de financement public et privé vers leurs besoins d'investisse-ments d'abattement et d'adaptation devrait être efficace sans prix contrai-gnant. Il est conçu pour créer des dynamiques positives de renforcement progressif des engagements volontaires qui devraient conduire à la mise en place de dispositifs de Les économistes s'accordent généralement sur le fait qu'affecter un prix unique aux émis-sions de carbone à travers un accord international , par un prix contraignant (taxe carbone) ou par un marché de permis reposant sur des engagements contraignants, serait en théorie le moyen le plus efficace pour inciter à la ré-duction des émissions au plan mondial. Des économistes français renommés ont pris des positions publiques sur l'accord en cours de négociation, basé sur des engagements volon-taires, annonçant qu'il sera inefficace. Ainsi, un manifeste-pétition initié par Jean Tirole (prix Nobel d'Économie), Christian Gollier de la Toulouse School of Economics, Christian de Perthuis et Pierre-André Jouvet, responsables de la chaire d'Économie du climat, intitulé Call for an ambitious and credible agreements in Paris [Tirole et al., 2015] et énon-çant les principes d'un accord efficace a circulé pour convaincre la communauté des économistes. Ces prises
Type de document :
Article dans une revue
Revue de l'Energie, Conseil Français de l’Énergie, 2015, pp.364-372
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [18 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-enpc.archives-ouvertes.fr/hal-01238990
Contributeur : Arancha Sanchez <>
Soumis le : mardi 8 décembre 2015 - 13:28:57
Dernière modification le : vendredi 19 octobre 2018 - 16:04:02

Identifiants

  • HAL Id : hal-01238990, version 1

Citation

Dominique Finon. Cop 21 : l’utilité d’un accord-climat, même sans prix du carbone contraignant. Revue de l'Energie, Conseil Français de l’Énergie, 2015, pp.364-372. 〈hal-01238990〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

282