L'eau à Paris, les simulacres du politique

Résumé : Après 150 ans de partenariat avec le secteur privé la Ville de Paris, dirigée par un maire socialiste, a décidé de municipaliser le service de l'eau potable. Cet acte rompt avec la longue construction du "modèle français de services urbains". Cet article vise à en comprendre le sens. Première réponse, ce choix ne s'explique pas par une défaillance des opérateurs en place. Deuxième résultat, le changement n'a pas produit d'améliorations pour le système technique, pour les usagers parisiens et pour le gouvernement de la métropole ; les données sur la variation des prix, les investissements et la transparence convergent. Ici le projet bute sur des réalités - le problème du partage des coûts fixes, l'inertie des catégories de la comptabilité publique qui ne génèrent pas automatiquement une vision globale et consolidée de l'action publique. Troisième résultat, l'explication tient avant tout au facteur politique : le maillon faible du modèle. Ses principes constitutifs ont été posés à la fin du 19e siècle, il s'est adapté pour durer en produisant des institutions secondaires dédiées à la résolution de problèmes. Ce travail a été principalement accompli par des experts - des grands élus, des hauts fonctionnaires d'Etat et des ingénieurs des firmes -, mais les usagers/électeurs sont assez largement restés en dehors de ces choix. Avec le temps, les raisons de l'action publique déléguée ont été oubliées. L'insuffisant travail de légitimation de l'action publique déléguée en France a ouvert un espace d'indétermination dont les élus peuvent tirer avantage. Il peuvent le faire d'autant plus qu'ils doivent démontrer qu'ils sont en prise sur l'action. Or la gestion de l'eau reste un thème symbolique pour lequel il reste possible de continuer à mobiliser les clivages gauche-droite. Ce texte démontre que même dans des activités techniques, orientées sur le temps long, où toutes les règles semblent stabilisées il y a un besoin de sens. Même si ces domaines sont pas gouvernés en permanence de manière volontaire et si les règles fonctionnent telles des pilotes automatiques, il est nécessaire, de temps en temps, de réactualiser les principes politiques fondateurs. L'action publique ne peut se justifier dans le seul registre économique. Il ne suffit pas d'être performant dans la mission, il faut que le principe même de cette mission soit légitime, compris et accepté des usagers. Ce cas de l'eau à Paris en est une illustration extrême. Dans les industries de réseaux il reste à inventer une place moderne pour le politique et l'usager.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
Liste complète des métadonnées

https://hal-enpc.archives-ouvertes.fr/hal-01006040
Contributeur : Blandine Groleau <>
Soumis le : vendredi 13 juin 2014 - 15:29:51
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 06:19:08
Document(s) archivé(s) le : samedi 13 septembre 2014 - 11:21:27

Fichier

EauParis2014.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01006040, version 1

Collections

Citation

Dominique Lorrain. L'eau à Paris, les simulacres du politique. 2014. ⟨hal-01006040⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

583

Téléchargements de fichiers

1724