Les adolescents de catégories populaires ont-ils des pratiques de mobilités quotidiennes spécifiques ? Le cas des zones urbaines sensibles franciliennes - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue RTS - Recherche Transports Sécurité Année : 2011

Les adolescents de catégories populaires ont-ils des pratiques de mobilités quotidiennes spécifiques ? Le cas des zones urbaines sensibles franciliennes

(1)
1
Nicolas Oppenchaim

Résumé

Do the working-class teenagers have a specific and homogeneous use of the space outside their neighbourhood? Do they have different practices of mobility when they live in "Zones Urbaines Sensibles" (ZUS)? These questions have hardly been investigated in contrast to these teenagers' use of the space inside their neighbourhood. Yet, in spite of a mobility potential lower than that of other teenagers, they spend a lot of time outside their neighbourhood. Among these teenagers, those residing in the ZUS experiment personal autonomy at a younger age in taking public transportation. Also, one notes a greater immobility of girls. Beyond these gender disparities, a closer look at the daily mobility reveals five predominant ways of using the space outside the neighbourhood -- public transportation being part of this space. These ways are tightly linked to the nature of the relationship with that neighbourhood. These five predominant ways, influenced by social and territorial variables, depict the heterogeneity of the inhabitants of the ZUS and of the current working class.
Les adolescents de catégories populaires ont-ils un usage spécifique et homogène de l'espace hors de leur quartier ? Ces adolescents ont-ils des pratiques de mobilité différentes lorsqu'ils résident en zone urbaine sensible (ZUS) ? Ces questions n'ont guère été investiguées, contrairement à leur usage de l'espace de résidence. Pourtant, malgré un potentiel de mobilité inférieur à celui des autres adolescents, les adolescents de catégories populaires passent beaucoup de temps en dehors de leur quartier. Parmi ces adolescents, ceux de ZUS se caractérisent cependant par une utilisation plus précoce des transports en commun (TC) et une immobilité plus forte des filles. Un examen attentif des mobilités quotidiennes fait apparaître cinq grandsmodes d'usage de l'espace extérieur au quartier, TC inclus, étroitement articulés au rapport entretenu à l'espace de résidence. Ces usages différenciés, influencés par des variables sociales et territoriales, dessinent ainsi en creux l'hétérogénéité actuelle des habitants de ZUS et plus largement des catégories populaires.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00651095 , version 1 (12-12-2011)

Identifiants

Citer

Nicolas Oppenchaim. Les adolescents de catégories populaires ont-ils des pratiques de mobilités quotidiennes spécifiques ? Le cas des zones urbaines sensibles franciliennes. RTS - Recherche Transports Sécurité, 2011, 27 (2), pp.93-103. ⟨10.1007/s13547-010-0001-1⟩. ⟨hal-00651095⟩
87 Consultations
0 Téléchargements

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More